La croisades des carpates, Tome 1 de Vanessa Callico et de Diana Callico

Ecrit par Moka, le 2 juillet 2014.

Croisade des carpates

Détails du livre :

  • Broché: 470 pages
  • Editeur : ASGARD EDITIONS (23 avril 2013)
  • Collection : Les Nuits d'Avril
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2919140884
  • ISBN-13: 978-2919140886
  • Prix: 19€ (grand format), moi j'ai profité d'une vente flash à 1,99€
  • Ma note: 11/20

Résumé de l'éditeur:

Comment réagiriez - vous si, au lieu de mourir, vous vous trouviez projeté dans le corps d'un jeune aristocrate du XVème siècle promise à ,Vlad Drakul ? C'est ce qui arrive, de nos jours, à Eva, étudiante en littérature, qui est poussée dans une faille volcanique par le linguiste qu'elle voulait retrouver. Celui - ci, possédé par l'esprit d'un légat du pape de Drakul, n'a que ce moyen pour sauver les deux époques de l'Apocalypse. Commence alors pour Eva une étrange quête qui doit la mener à comprendre pourquoi, au XXIème siècle, une étrange maladie ravage le monde et au XVème de monstrueuses créatures surgissent au coeur de la plaine du Danube.

Après lecture, je suis toujours mitigée au sujet du roman... Je commencerais par le résumé qui laisse de côté le premier tiers du livre pour vous appâter avec donc les deux derniers tiers.... Moyen. Pendant un bon moment, je me suis demandé si je lisais le bon livre !

 

Alors, l'histoire se passe dans un futur proche du notre, en France, mais ravagé par un tsunami et des vagues régulières dues à l’émergence d'une île en plein océan Atlantique. Le roman est découpable en deux parties : celle non inclut dans le résumé et l'autre, celle attendue par le lecteur. Les chapitres sont rédigés du point du vue d'un personnage qui change à chaque chapitre. Nous avons donc une petite dizaine de points de vue différents. D'où une première partie d'histoire qui met du temps à se construire et surtout à prendre du sens.

 

L'intrigue commence par Eva, jeune trentenaire, grasse, pauvre et étudiante en thèse sur les fins du monde. Pour sa thèse, elle a pris rendez-vous avec un éminent linguiste. En parallèle, une mystérieuse maladie s’empare aléatoirement des gens : elle les fait parler daco-roumain ou l'arabe du moyen-age tout en les rendant passablement hystérique. Bref, c'est la crise !

 

En parallèle de l'histoire du présent, les auteurs nous racontent également un morceau du passé : celui de Vlad III Basarab, l'homme qui a inspiré Dracula de Bram Stocker. Notre prince Vlad est en pleine guerre contre l'empire Ottoman et son sultan Mehmet II. S'ajoutant à la guerre, un étrange miasme et des créatures toutes aussi terribles sortant d'un abyme placé sur le territoire de Vlad.

On se doute bien que nos deux histoires ont un lien et vont se rejoindre. Le résumé vous spoil allègrement donc je me permets. Eva va donc rejoindre Vlad dans le passé pour essayer de comprendre ce qui se passe dans son temps et dans celui de Vlad. Pour lier le tout, les phénomènes sont liés à l'apocalypse, justement la spécialité de la donzelle. Voilà, les bases sont posées !

 

Ensuite, on entre dans la seconde partie plus prévisible du roman. Pas grand-chose à dire, la mécanique roule tout seule : enquête, action, enquête, action... jusqu'au dénouement qui annonce une suite. Je fais quelques reproches sur les énigmes résolues par Eva. Je trouve que les réponses sortent de nulle part. C'est assez incongru. De plus, le scénario fait place à quelques facilités pour que l'histoire puisse se dérouler, notamment autour des réussites plus qu'improbable d'Eva.

 

Nos principaux personnages sont donc Eva et Drakul (Vlad). Eva est envoyée dans le passé par l’intermédiaire du corps de la fiancée de Drakul qui est au passage une sublime jeune femme blonde (pourquoi celle de la couverture est-elle brune?). Au début du roman, je me disais : « cool, une femme d'une beauté banale, grosse et grasse mais intelligente en personnage principale, si rare ! ». Et bien non, pour être l’héroïne, il faut être une beauté ! Hop, magie littéraire. Quel message envoyé à la figure du lecteur ! Bref, mademoiselle fait sa rebelle et femme du XXI ème face à un Drakul, du XV ème siècle, amusé. Heureusement, Drakul est très mais alors très ouvert d'esprit. Il accepte plutôt facilement l'histoire d'Eva et reste très gentleman. Drakul est un personnage plutôt attachant malgré une cruauté assez affichée envers ses ennemis. C'est qu'il est vraiment charmant avec Eva alors on l'adopte sans peine. Apparemment, les auteurs ont pris le soin de suivre véritablement l'histoire de Vlad Tepes (l'empaleur en roumain), je ne saurai juger vu que je ne connais pas vraiment les faits historiques.

 

La romance entre le couple est assez sortie de nulle part. Ils passent finalement très peu de temps ensemble. On peut mettre ça sur le dos de la fin imminente du monde...

Les personnages secondaires ne sont pas très intéressants. Soit ils sont trop vite esquissés pour m’intéresser ou pas charismatique pour un sou soit ils sont juste insignifiant (comme le porte-drapeau). Enfin, j'aurai une pensée pour la pauvre Ilona (la fiancée dont le corps a été possédé par Eva) qui n'interesse personne, pas même Eva...

 

Comme je disais plus haut, le livre se scinde en deux partie : avant la réunion des deux protagonistes et après. Tout ou presque diffère entre les deux parties. Le style change énormément. On passe d'un style décrivant la misère de la condition humaine dans une ambiance malsaine, criarde de vérité que l'on ne veut ni vivre ni voir (un peu à la Zola) mélangé avec des passages glauques, gore, trash voire carrément malsains à un style plus sobre, plus classique, moins surprenant et corrosif mais qui reste dans des registres proches. La lecture devient moins rebutante mais également moins atypique. C'est un style que j'aime généralement bien. Ici, le style des auteurs est trop fluctuant.

 

L'univers du livre met du temps à s'éclaircir. Il faut s'accrocher puis tout finit par se mettre en place. Au début, je me disais que l'auteur ne devait pas boire que de l'eau vu certains passages. Là, au moins, je ne me plaignais pas de la prédictibilité du livre.

Le roman est très axé fin du monde et mythes religieux. Je n'y connais rien, et je ne m'y intéressais pas trop alors bon ça ne m'a pas charmée plus que ça. Je n'ai pas trouvé l'approche facile pour les néophytes, comme moi.

 

Je conclurai avec un petit coup de gueule envers la version ebook qui n'affichait pas correctement les mots en roumain ou même les prénoms des personnages. Drakul Tepes est devenu « Drakul epe » sur ma liseuse ou encore Drakul est devenu « Drakwlya ».

 

En bref :un roman sombre, audacieux doublé d'un style assez trash (sachez-le) mais qui finit par retomber dans une trame (et style) plus simple et prévisible. Le roman a un côté brouillon qu'il faut surmonter mais possède quelques idées sympas. Je n'ai pas été convaincue par le roman, si suite il y a, je ne pense pas la lire.

 

Ma note : 11/20

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site