Quand souffle le vent du nord, de Daniel Glattauer

41s7s6ngeql.jpg

« En voulant résilier un abonnement, Emma Rothner se trompe d’adresse et envoie un mail à un inconnu, un certain Leo Leike. Ce dernier, poliment, lui signale son erreur ; Emma s’excuse, et, peu à peu, un dialogue s’engage entre eux, par mail uniquement. Au fil du temps, leur relation se tisse, s’étoffe, et ces deux inconnus vont se mettre à éprouver l’un pour l’autre une certaine fascination. Alors même qu’ils décident de ne rien révéler de leurs vies respectives, ils cherchent à deviner les secrets de l’autre... De plus en plus attirés et dépendants, Emmi et Leo repoussent néanmoins le moment fatidique de la rencontre. Emmi est mariée, et Leo se remet à grand peine d’un chagrin d’amour. Un jour, pourtant enfin ! , ils décident de se donner rendez-vous dans un café bondé de la ville. Mais ils s’imposent une règle : reconnaître l’autre qu’ils n’ont pourtant jamais vu, avec interdiction formelle de lui parler... »

 

 

 

Titre Original : Gut gegen Nordwind
Titre Français : 
Quand souffle le vent du nord
Auteur : Daniel Glattauer
Pages : 352 
Prix : 18.00 €
Editions : Grasset
Date de parution française : 31 mars 2010
Note :  

Mon Avis

J’ai vraiment beaucoup aimé cette histoire. Jamais je n’ai lu de roman épistolaire, et pas non plus de roman formé uniquement de mails. Aucune description, aucune pensée narrative, juste la retranscription des échanges de mails avec la date et l’heure ainsi que l’expéditeur. Je me suis donc lancée, voulant tester la nouveauté. Eh bien, je n’ai pas été déçue ! J’avais lu deux-trois avis qui disaient que ce roman était prometteur et prenait de plus en plus d’ampleur. (C'est d'ailleurs maintenant un best-seller.) Et pour finir : « Je m’attendais à un livre comme les autres mais l’histoire est surprenante… » Donc, sous ces paroles flateuses, ni-une ni-deux, je l’ai acheté, dévoré, et finit dans la soirée. Là, je suis restée assise sur ma chaise dans mes pensées à réfléchir sur ce que je venais de lire.

Nous commençons l’histoire avec Emmi qui envoie un mail à une entreprise de magazines mais manque de bol, elle a mal écrit l’adresse mail. Alors Leo lui répond qu’elle s’est trompée de mail. Elle s’excuse aussitôt et lui explique la situation.

A noël, Emmi envoie un message groupé à ses contactes pour leur souhaiter un bon noël. L’adresse de Leo s’est glissé dedans et commence leur second échange. Puis un troisième quelques temps plus tard quand Emmi essaye de recontacter le magazine. Mais une fois encore, elle se trompe dans l’adresse. Alors débute les présentations jusqu’à ce qu’ils échangent des mails de plus en plus souvent, attendant avec frustration la réponse de l'autre.

J’ai trouvé l’écriture très agréable, pas trop complexe et avec beaucoup d’humour. Je le relirais assurément. Les phrases sont vraiment très bien tournées et parfois ironiques, parfois sarcastiques, mais surtout, de l’humour. Ils se taquinent, jouent avec les mots… et sont très drôles. Je me rappelle avoir éclatée de rire, ce qui n’arrive pas souvent dans un livre.  Et pas qu’une seule fois en plus, mais à plusieurs reprises !

Dès que j’ai commencé la lecture, je ne l’ai plus arrêtée. J’attendais avec impatience le moment où ils se rencontrent, et, au fil de la lecture, je ne pouvais plus lacher le livre. Livre qui nous tient en halène jusqu'à la dernière phrase !

Le rythme est prenant, on en apprend de plus en plus sur les personnages, tout en laissant des mystères. Et nous n’avons pas les réponses manquantes dans des narrations avant les personnages puisqu’ils n’y en a pas, étant donné que le livre n’est composé que de mails. Donc, c’est un peu frustrant de vivre à la vitesse des personnages et de ne pas découvrir ce qu’il en est de ces petits mystères. Alors on lit la suite pour les découvrir. Qui est-il ? Qui est-elle ? A quoi ressemblent-ils ? Si je le découvre, est-ce que la magie va rester ?

J’aime bien les personnages, ils sont cohérents et je les comprends. J’ai vécu l’histoire avec eux et malgré leurs quelques faiblesses humaines, je les ai aimés. J’ai aimé Emmi, une belle femme qui ne veut pas succomber à Leo. Leo qui a des belles pensées et réflexions très nobles, je trouve. Bref, deux personnages que j’apprécie et que j’aimerais voir ensemble dès le début de l’histoire. Je les ai agréablement suivi et vécu avec eux jusqu’au bout.

La couverture, ainsi que le titre ne m’ont pas trop accrochés. Si je l’avais vu dans un magasin, personnellement, je serais passée devant sans y faire attention. Mais, ayant lu une petite critique prometteuse, j’y ai fait abstraction.

En bref : j’ai tout aimé dans « Quand souffle le vent du nord ». L’histoire qui avance à bon rythme et sa tournure, l’écriture de l’auteur, l’humour très présent et les personnages. Le livre est prenant et agréable. En bref, j’ai trouvé que c’était un très bon livre.

Citations / Extraits

Leo :

« Ecrire, c'est comme embrasser, mais sans les lèvres. Ecrire c'est embrasser avec l'esprit. »

_________________________________________________________________________

 

 Leo :

« Physiquement, elle n'était rien de plus que l'air entre les touches du clavier sur lequel, jour après jour, j'écrivais sa présence...
Un souffle... »

_________________________________________________________________________

 

Leo :

« Vous écrivez comme si vous aviez 30 ans. Mais vous avez dans les 40 ans, mettons : 42. Comment crois-je le savoir ? Une trentenaire ne lit pas régulièrement Like. L’âge moyen d’une abonnée à Like se situe vers les 50 ans. Mais vous êtes plus jeune, puisque vous travaillez sur les sites internet, donc il est vrai que vous pourriez avoir 30 ans ou même moins. Toutefois, les trentenaires n’envoient pas de mails groupés à leurs clients pour leur souhaiter un « joyeux Noël et une bonne année ». Et enfin : vous vous appelez Emmi, c’est-à-dire Emma. Je connais trois Emma, elles ont toutes plus de 40 ans. A 30 ans, on ne s’appelle pas Emma. On ne retrouve des Emma que chez les moins de 20 ans, mais vous n’avez pas moins de 20 ans, sinon vous utiliseriez des mots comme « cool », « ouf », « chanmé », « genre », « grave », etc. De plus, vous ne mettriez aucune majuscule et vous n’écririez pas des phrases complètes. Et surtout, vous auriez mieux à faire que d’échanger des mails avec un professeur probablement dépourvu d’humour, et de vous intéresser à l’âge qu’il vous donne. Encore une chose à propos d’« Emmi » : quand on s’appelle Emma et qu’on écrit comme quelqu’un de plus jeune, par exemple parce qu’on se sent plus jeune que son âge, on ne signe pas Emma, mais Emmi. Conclusion, chère Emmi Rothner : vous écrivez comme si vous aviez 30 ans, vous en avez 42. Je me trompe ? En pointure, vous faites du 36. Vous êtes petite, menue et débordante d’énergie, vous êtes brune aux cheveux courts. Et vous parlez à toute vitesse. Je me trompe ? Bonne soirée, Léo Leike.

 

Le jour suivant

Objet : ? ? ?

Chère madame Rothner, êtes-vous vexée ? Vous savez, je ne vous connais pas du tout. Comment pourrais-je deviner votre âge ? Vous avez peut-être 20 ou 60 ans. Vous pesez peut-être 100 kilos pour 1,90 m. Comme pointure, vous faites peut-être du 46 – et du coup vous n’avez que trois paires de chaussures, faites sur mesure. Pour pouvoir en acheter une quatrième, vous avez dû résilier votre abonnement à Like et envoyer des vœux à vos clients pour les brosser dans le sens du poil. Donc je vous en prie, ne soyez pas fâchée. Cela m’a amusé d’essayer de deviner, j’ai de vous une image si confuse que j’ai voulu vous décrire avec une précision exagérée. Je ne voulais pas vous froisser. Bises, Léo Leike. »

_________________________________________________________________________

 

Emma :

« Trois jours plus tard

Objet : Crise

Cher Léo, j’avais pris la résolution d’attendre votre prochain mail – et de ne pas écrire la première. Certes, je n’ai pas étudié la psychologie du langage, mais dans ma tête deux choses semblent liées. 1. Je vous ai fait comprendre entre les lignes que j’étais mariée. 2. En réaction, vous m’envoyez les réponses les plus apathiques que j’aie reçues depuis les débuts très prometteurs de notre tête-à-tête virtuel, il y a plus d’un an. Puis, vous ne donnez plus aucune nouvelle. Se peut-il que vous ayez perdu tout intérêt pour moi ? Si c’est le cas, au moins « soyez un homme » et dites-le-moi. Sincères salutations, Emmi.

 

Le jour suivant

Pas d’objet

MONSIEUR LEO ?

 

Le jour suivant

Pas d’objet

LEEEEEEEEEOOOOOOO ?

HOOOOOOOOOOOOUUUUU-

HOOOUUUU ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?

 

Le jour suivant

Pas d’objet

Connard ! »

Bande annonce

Daniel Glattauer - Quand souffle le vent du nord (Trailer)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×