Les mille et une gaffes de l'ange gardien Ariel Auvinen de Arto Paasilinna

Ecrit par Moka, le 9 Aout 2014.

Ange gardien

Détails sur le livre:

  • Broché: 209 pages
  • Editeur : Editions Denoël (17 avril 2014)
  • Collection : Denoël & d'ailleurs
  • ISBN-10: 2207115682
  • ISBN-13: 978-2207115688
  • Prix: 20,50€
  • Ma note: 4/20

Résumé de l'éditeur:

On l'ignore, mais chaque année, dans l'église de Kerimäki en Finlande, a lieu un séminaire de formation des anges gardiens. Cinq cents d'entre eux y sont réunis et, en moins d'une semaine, l'ange Gabriel et ses assistants ont la lourde tâche de leur apprendre à protéger un mortel et à le guider sur le droit chemin. Parmi les célestes apprentis se trouve Ariel Auvinen, ange aussi zélé que maladroit. Après sa formation théorique, Ariel est passé aux exercices pratiques. Pas très concluant : après avoir guidé sa protégée, une vieille dame un peu bigote, vers le bar local où elle s'est consciencieusement saoulée, il s'est essayé aux acrobaties aériennes, mais avec des ailes de dix mètres d'envergure ce n'est pas gagné ! On lui confie toutefois un mortel : Aaro Korhonen, homme en tous points respectable et capable de s'occuper seul de ses affaires. Même un ange aussi maladroit qu'Ariel Auvinen ne parviendra sans doute pas à semer la pagaille dans sa vie, et encore moins à l'exposer aux tentations du démon. C'est du moins ce que croit l'ange Gabriel.

Je m’attendais, suite au résumé du livre, à un récit humoristique, ne se prenant pas trop au sérieux, léger et amusant. Le résultat, rien de tout ça. C'est un des pires livres que j'ai lu. Il n'y a rien à sauver dans le roman.

 

L'histoire est celle d'Ariel, ange gaffeur voulant bien faire mais finissant par tout faire de travers. Jusque-là, ça aurait pu être drôle. Le problème c'est que RIEN n'est drôle. C'est juste pitoyable, affligeant. Imaginer (ce n'est pas un scène, juste une illustration) : Ariel veut prier, allume une bougie. Malheureusement, en se tournant, ses ailes font tomber la bougie et le bâtiment entier est mangé par les flammes. La gardienne n'a pas le temps de s'enfuir. Alors ? Ahahaha, et bien quoi, riez ! Ma dernière phrase résume exactement l'effet que le roman a eu sur moi. Je vois pleins de critiques élogieuses mais vraiment, je n'ai pas ri ni souri une seule fois. On en doit pas avoir le même humour. Tout ce que j'ai ressentis, c'est un profond ennuie.

Le rythme du livre est très simple : introduction, boulette, conséquence, boulette, conséquence... conclusion.

Heureusement, le roman est court et écrit gros. Je ne lirai aucun autre livre de cet auteur.


Personnages :J'ai trouvé Ariel très arrogant, suffisant et agaçant. Il va tout faire pour que la vie de son protégé soit comme il le pense. Et quand ça rate ? Il pleurniche comme un gamin en se justifiant « C'est pas ma faute ». Justement, tout est de sa faute. Il n'y a pas d'excuse de maladresse rigolote ou attendrissante. C'est un imbécile qui refuse toute responsabilité.

Les autres personnages sont plats et remplissent le récit. Ils sont là, disent des trucs mais rien ne décolle.

 

En bref : un roman plus qu'ennuyant, bien loin de la promesse d'un roman drôle et léger. Il n'y a rien d’intéressant dans l'histoire. Perte de temps.

 

Ma note : 4/20

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site