Le vol du régent de Michel de Grèce

Ecrit par Moka, le 19 juillet 2014.

Vol du regent

Détails sur le livre:

  • Poche: 352 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (3 mars 2010)
  • Collection : Littérature & Documents
  • ISBN-10: 2253129194
  • ISBN-13: 978-2253129196
  • Prix: 7,10€ (1€ en occaz pour moi)
  • Ma note: 9/20

Résumé de l'éditeur:

Paris, septembre 1792. Le garde-meuble de la place de la Concorde abrite les joyaux de la couronne. Plus de dix mille pierres précieuses, dont le célèbre Régent, le plus gros diamant du monde, sont là, à portée de main... Une bande de brigands, avec à leur tête un gentleman escroc et une espionne anglaise, va tenter le casse du millénaire. Les corruptions au plus haut sommet de l’État leur réserveront bien des surprises... En puisant aux sources d’archives méconnues, Michel de Grèce nous conte la plus rocambolesque des enquêtes policières, tout à la fois roman d’amour, roman d’espionnage et fresque palpitante du Paris révolutionnaire.

L'histoire commence tout juste avant la révolution française de 1789. Nous suivons Anne-Louise Roth, une juive franco-anglaise basée à Paris. C'est une espionne anglaise sous la couverture d'une joaillière. Tout le livre tourne autour d'elle et de ses relations. C'est à travers sa vie que le lecteur vivra la révolution française jusqu'à l'arrivé de Napoléon. Le titre du livre est un non-sens puisque, certes, oui, le régent est volé mais, toute l'intrigue ne tourne absolument pas autour de lui mais plutôt autour du vol du garde-meuble contenant tous les bijoux de la Couronne.

La plongée dans l'époque est plutôt réussit. Beaucoup de faits historiques sont cités, j'ai lu que l'auteur avait étudié les minutes du procès et s'est documenté. Ça ajoute un coté sympathique à l'histoire.

Cependant, je n'ai pas spécialement apprécié ma lecture. Le plus gros problème du livre, pour moi, réside dans le style de l'auteur. Le rythme est presque inexistant. J'avais l'impression de lire une description de fait simplement énoncés dans un ordre chronologique. Pas d'envolée dans l'histoire, pas tellement d'action. Tout reste calme, d'un rythme très posé, très extérieur aux faits. Ce détachement peut avoir son charme mais il n'a pas opéré sur moi.

J'ai apprécié que l'on est une vrai fin concluant réellement le livre (je dois trop être habituée aux séries à rallonge) même si j'aurai préféré ne pas avoir les deux ou trois dernières lignes (sorties de nulle part).

 

Personnages : Le livre est centrée sur Anne-Louise et le cercle de ses relations. Notre héroïne est assez plate. Je ne me suis pas mise à sa place une seconde. Ça n'aide vraiment pas à l'immersion. C'est dû au style de l'auteur et à l'ambiance générale du livre. Pas un moment, je ne compatis pour elle, ou autre. De même avec les autres personnages. Je me contentais de lire ce qui se passait et de passer à l'information suivante. J'ai rarement eu aussi peu d’intérêt pour tous les personnages d'un livre.

 

En bref : Le (seul) point fort du livre est le côté « histoire de France ». Mais, j'ai trouvé la narration très molle et peu engageante pour m'entraîner dans l'histoire. J'ai été contente de voir la fin arrivée pour pouvoir passer à autre chose.

 

Ma note : 9/20

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site